Le taux de fécondité total de l'Afrique et son ratio de dépendance diminuent depuis les années 1980 et devraient encore baisser. Cette colonne examine les effets potentiels sur la croissance de l'évolution démographique du continent. L'économie africaine a le potentiel de croître de 0,5 à 2 points de pourcentage plus rapidement au cours des cinq prochaines décennies qu'elle ne le ferait sans la réduction prévue de la fécondité. Cependant, ce « dividende démographique » dépend des politiques adoptées par les gouvernements africains.
Alors que les économies africaines ont connu une croissance lente par rapport à d'autres pays tout au long des années 1970, 1980 et 1990, les revenus par habitant du continent ont augmenté plus rapidement au cours des 15 dernières années (par exemple, Economist 2016). L'une des nombreuses raisons pourrait être le tournant de la situation démographique : le taux de dépendance de l'Afrique (le rapport de la population en âge de travailler à la population en âge de travailler) a culminé à la fin des années 1980 et a diminué lentement depuis lors. La figure 1 représente le taux de fécondité total de l'Afrique (ISF, à peu près le nombre d'enfants par femme) en bleu et le taux de dépendance en rouge, tels qu'obtenus à partir des données des Nations Unies (2015).
Remarques : Les lignes pleines font référence aux données réelles et les lignes pointillées représentent les projections. Le taux de dépendance est calculé comme le rapport de la population âgée de 0 à 14 ans et de 65 ans et plus à la population âgée de 15 à 64 ans, le résultat étant multiplié par 100.
Malgré la baisse de l'ISF par rapport aux niveaux très élevés de 1960-1990, il était encore de 4,6 enfants par femme en 2015, ce qui est bien supérieur à l'ISF de l'Europe et de l'Amérique du Nord au plus fort des années de baby-boom des années 1950 et 1960. Cependant, les Nations Unies (2015) prévoient que l'ISF de l'Afrique continuera de baisser, réduisant le ratio de dépendance jusqu'au milieu du XXIe siècle et restant inférieur à celui de l'Amérique du Nord et de l'Europe à partir de 2050 (Bloom et al. 2016). Cette évolution attendue laisse espérer que la démographie puisse agir comme un vent arrière pour le développement économique du continent africain dans les décennies à venir.
Les mécanismes
La baisse de l'ISF implique un bénéfice économique à court et moyen terme, appelé « dividende démographique » (Bloom et al., 2003), qui peut être décomposé en effets comptables et effets comportementaux. Les effets comptables concernent les conséquences d'une part décroissante de jeunes dépendants, tandis que la main-d'œuvre reste inchangée jusqu'à ce que les plus petites cohortes commencent à travailler environ 15 à 20 ans après le début de la baisse de la fécondité. Dans l'ensemble, ces dynamiques se combinent pour augmenter le rapport entre la population en âge de travailler et la population dépendante, ce qui entraîne des économies plus importantes et davantage d'heures de travail par habitant. Par effet d'entraînement, lorsque des cohortes relativement plus petites entrent sur le marché du travail, la dilution du capital est réduite et un rapport terre-travail plus élevé apparaît que dans le cas d'une fécondité plus élevée, ce qui se traduit par une croissance plus rapide à moyen terme.
Les effets comportementaux sont dus aux changements dans les choix individuels liés à une baisse de la fécondité : i) une plus faible dépendance des jeunes permet une plus grande participation des femmes au marché du travail, renforçant l'effet comptable correspondant en augmentant encore le nombre d'heures de travail par habitant ; ii) la baisse de la dépendance des jeunes permet aux familles et aux gouvernements d'augmenter les investissements dans l'éducation et la santé par enfant, ce qui augmente la productivité de la génération suivante lorsqu'elle entre sur le marché du travail ; et iii) parce que les enfants sont souvent un substitut à la sécurité sociale dans les pays moins développés, une baisse de la fécondité implique une augmentation de l'épargne pour la retraite, ce qui favorise à nouveau l'approfondissement du capital et donc la croissance à moyen terme.
Estimations des effets de la baisse de la fécondité en Afrique sur la croissance économique
Pour évaluer les effets potentiels sur la croissance de l'évolution démographique en Afrique au cours des prochaines décennies, nous présentons quatre estimations plausibles. La première s'appuie sur Ashraf et al. (2013), qui simulent un modèle d'équilibre général qui intègre les effets comptables et comportementaux évoqués précédemment et constatent qu'une réduction de l'ISF de 0,5 enfant par femme augmente le produit intérieur brut (PIB) par habitant de 11,9 % après 50 ans. Cela correspond à une augmentation de 0,225 point de pourcentage de la croissance économique par an. Selon les projections des Nations Unies (2015), l'ISF de l'Afrique passera de 4,71 au cours de la période quinquennale 2010-2015 à 2,71 au cours de la période quinquennale 2060-2065. Pour une telle chute, et à condition qu'il n'y ait pas de fortes non-linéarités concernant l'ampleur de l'effet ou son timing, les résultats d'Ashraf et al. (2013) impliquent que la croissance économique augmentera d'environ 0,8 à 0,9 point de pourcentage par an jusqu'en 2065 en raison du seul dividende démographique.
La deuxième estimation est basée sur le volume édité par Canning et al. (2015), qui comprend (au chapitre 4) un cadre macroéconomique basé sur Ashraf et al. (2013). Selon leurs calculs, la réduction de l'ISF du Nigéria d'un enfant par femme augmenterait la croissance de son revenu par habitant d'environ 0,7 point de pourcentage. Ainsi, la réduction de l'ISF de deux enfants par femme projetée par les Nations Unies (2015) pourrait se traduire approximativement par une croissance supplémentaire du revenu par habitant de 1,4 point de pourcentage.
Comme borne inférieure potentielle de l'impact du dividende démographique en Afrique, nous utilisons les résultats de Bloom et Canning (2008), qui suggèrent qu'une augmentation de 1 % du taux de croissance du ratio de la population en âge de travailler à la population totale population implique une augmentation de la croissance du PIB par habitant de 1,394 %. Sur la base de la variation implicite du ratio de la population en âge de travailler à la population totale due à la réduction projetée de l'ISF en Afrique, cela entraînerait une augmentation du taux de croissance annuel du PIB par habitant de 0,5 point de pourcentage au cours des prochaines années. 50 ans (cf. Ashraf et al. 2013).
Comme limite supérieure potentielle, nous nous appuyons sur une comparaison avec les pays asiatiques qui ont très bien réussi à récolter les bénéfices du dividende démographique. Les régressions de la croissance (comme dans Bloom et Williamson 1998) et les exercices de comptabilisation de la croissance (comme dans Mason 2001) suggèrent qu'environ un tiers du soi-disant miracle de la croissance en Asie de l'Est est dû au dividende démographique. Ces résultats équivalent à un gain de croissance du PIB par habitant de 2 points de pourcentage par an.
Par conséquent, l'économie africaine a le potentiel de croître de 0,5 à 2 points de pourcentage plus rapidement au cours des cinq prochaines décennies qu'elle ne le ferait sans la réduction de la fécondité prévue par les Nations Unies (2015). L'ampleur de l'effet et même si l'effet se matérialise réellement dépend cependant des politiques adoptées par les gouvernements africains.
Politiques potentielles pour récolter le dividende démographique
Alors que le potentiel de l'Afrique à récolter un dividende démographique dans les décennies à venir est théoriquement important, les normes sociales et la mauvaise santé et l'éducation pourraient étouffer un décollage économique basé sur la baisse de la fécondité. Une stratégie politique cohérente selon les lignes suivantes pourrait donc être plus efficace pour maximiser l'impact positif attendu du changement démographique en Afrique : i) fournir un soutien maternel, des soins de santé infantile et une connaissance de l'utilisation des contraceptifs et de la planification familiale pour aider à réduire (souvent précaution) fertilité (Kalemli-Ozcan 2003, Prettner et Strulik 2016a) ; ii) investir dans l'éducation et la santé des femmes et faciliter l'accès des femmes au marché du travail pour améliorer les perspectives de revenus, le statut social et la position de négociation intrafamiliale des femmes, ce qui contribue généralement à une baisse de la fécondité et à des investissements plus élevés dans l'éducation et la santé des enfants (Bloom et al. 2015, Prettner et Strulik 2016b); iii) une fois que le taux de dépendance des jeunes diminue et que les ressources sont libérées, la capacité de production pourrait être encore augmentée par des investissements dans l'éducation, la santé et les infrastructures ; et iv) de bonnes perspectives d'emploi sont nécessaires pour éviter une fuite des cerveaux vers les pays développés (Hatton et Williamson 2003, 2011). Dans ce cas, l'établissement d'institutions politiques, financières et économiques saines et la mise en œuvre de politiques commerciales ouvertes peuvent jouer un rôle important (Ndulu et 'Connell 1999).